Copeaux étude laboratoire

Sur cette page vous allez découvrir les méfaits des copeaux de bois, mais avant ça, j'aimerai cité une Étude réalisé en 1996 : cliquez ici pour tout savoir (si vous ne pouvez pas voir la page, cliquez ici). Bonne lecture !

Litière Copeaux de bois (cèdre et pin)

Les copeaux de conifères (cèdre rouge, pin et sapin) constituent la litière la plus utilisée et la plus promue pour nos animaux de compagnie aussi bien chez les particuliers que dans les animaleries. Les vendeurs d’animalerie vantent souvent les diverses qualités de ces litières : grand pouvoir d’absorption, grand contrôle des odeurs, prix très bas etc … On trouve même des copeaux de bois parfumés pour le plus grand plaisir des propriétaires et le plus grand malheur des rongeurs qui supportent mal ces odeurs chimiques très fortes et irritantes. N’oublions pas que les rongeurs ont un odorat bien plus développé que le notre et qu’en plus ils ont le nez quasiment collé à la litière …

Ces litières sont par ailleurs très poussiéreuses, beaucoup d’utilisateurs s’en seront rendu compte : il n’est pas rare que le nez nous pique et que l’on éternue lorsque l’on remue les copeaux. Pour les copeaux de cèdre (les plus couramment trouvées dans le commerce), c’est justement cette poussière qui sera à l’origine de problèmes respiratoires chez nos rongeurs. Pour les copeaux de pins, c’est le contact avec la litière, et plus particulièrement avec les résidus de résine qu’elle contient, qui provoquera des problèmes respiratoires apparemment pires que ceux provoqués par le cèdre.

La poussière des copeaux de cèdre (Western Red Cedar principalement, c'est-à-dire, Thuja plicata ) contient de l’acide plicatique, une substance présente dans la partie centrale des troncs de cèdre. Cet acide est responsable de nombreuses pathologies respiratoires (allergies, rhinites, bronchites …) chez les personnes non protégées qui travaillent dans les scieries. De nombreuses études ont été faites à ce sujet, avec notamment des tests sur des rats, et il est depuis bien établit que la poussière de cèdre est nocive pour les voies respiratoires. Malgré tout, certains travailleurs sont touchés et pas d’autres, et l’on ne sait pas vraiment pourquoi. Les études ont aussi montrés qu’une fois les dommages causés, le fait que les malades ne soient plus exposés à cette poussière ne permettait pas forcément la guérison : beaucoup développent des problèmes respiratoires chroniques.

L’acide plicatique pénètre dans nos voies respiratoires lors de l’inspiration et provoque la lyse (= mort des cellules par « déchirement ») des cellules de l’épithélium respiratoire (notamment l’épithélium bronchial et alvéolaire). Ces cellules sont particulièrement importantes dans les mécanismes de défense immunitaire au niveau des voies respiratoires et, en plus, elles se renouvellent lentement.

Explicitons un peu cela en le rapportant au cas de nos animaux de compagnie. Les rongeurs ou oiseaux en contact prolongé avec ces litières auront beaucoup de chance de développer des problèmes respiratoires parfois graves et inguérissables. Ces problèmes seront en fait dus d’une part à l’agression des voies respiratoires par l’acide plicatique et d’autre part à la baisse des défenses immunitaires au niveau des voies respiratoires (une bactérie ou un virus se développera bien plus facilement dans l’organisme).

On a surtout évoqués les dangers de cette litière sur les forums de passionnés de rats puisque les rats sont très fragiles au niveau respiratoire mais ce n’est pas pour autant que cette litière n’est pas dangereuse pour un lapin, une souris, un hamster … Pour les oiseaux de volière, on pourrait relativiser le danger puisque ces animaux seront rarement au sol et donc rarement exposés aux fortes concentrations de poussière, mais il faudra éviter à tout prix de mettre des copeaux de cèdre dans les nids !

Parlons maintenant des copeaux de pins ou sapin. La résine (et plus particulièrement, le colophane) de pin (ou de sapin) contient de l’acide abiétique. Cet acide est responsable mêmes pathologies et des même agressions sur l’organisme que l’acide plicatique à ceci près qu’il agit plus rapidement.

On voit donc que les copeaux de bois devraient plus être bannis que promus dans les animaleries, ce qui a peu de chances d’arriver un jour étant donné que beaucoup d’entre elles ne peuvent se procurer que du foin ou des copeaux en grande quantité …


Sources :
Une étude en anglais sur la toxicité des constituants des bois de cèdre et de pin sur l’épithélium pulmonaire réalisée en mars 1989 par Garrison H. Ayars, Leonard C. Altman, Charles E. Frazier et Emil Y. Chi.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×